Paa, du Laos (tiré du livre L)

Ce portrait est tiré du livre L

bev - 2010 - 325 - 10

Paa, Neenee et Nok (Photo Vincen Beeckman)

Pamithong Khounthaong, dit « Paa », Phonsavath Village, Sikhottabong District. Vientiane

Elles se connaissent depuis qu’elles sont à l’école primaire, depuis dix ans.

Neenee (21 ans) s’appelle en fait Sawthidavanh Vinthalath. Nok (21 ans) s’appelle NoutsabaThammavona. Et Paa (20 ans), la gentille, le coeur ouvert, Pamithong Khounthaong. On saisi vite l’intérêt des diminutifs au Laos.

Les trois filles montrent des photos d’un stage de karaté suite à un échange scolaire Corée du Sud / Laos. En classe, elles se passent des bouts de papier pour médire de leurs voisins. Elles se souviennent de chansons, de théâtre. Le plus excitant c’est quand elles mentent aux gens, leur font des plaisanteries.

Elles ont amené de la nourriture pour chiens et en ont proposé à la classe. Elles sont proches, elles peuvent tout s’échanger. Nok dit qu’elle ne parle pas de tout avec sa famille, mais avec elles si. Quand elles changent de vêtements, elles le font dans la même chambre. Normalement au Laos, les filles se cachent du regard féminin sous une couverture. Mais pas elles.

Neenee aime la musique coréenne. Nok plutôt la Thaï song. Paa aime les deux. Et elles sortent ensemble Au Novo.

Paa, Nok et Neenee ne se sont pas toujours bien connues. Lors de « l’histoire de la maman » de Paa, elle  se connaissait à peine.

Quand sa maman eut un problème à l’estomac, Pâa arrêta d’étudier et aida sa maman à vendre des billets de loterie. Mais soit soit ! Maintenant elle étudie « économie et administration ». Elle travaillera peut-être en Corée. Celle au Sud, hein. Nok fera la chimie, Neenee guide touristique, Paa avançait DJ avant de se rétracter et d’opter pour banquière.

Nok et Paa vont prendre des cours d’anglais au English & Computer Training Center Lao Front for National Construction Lao Americans .

Elles vont au centre en moto. Elles appartiennent à la première génération laotienne qui découvre le trafic. Ils peuvent conduire à partir de 15 ans parce qu’il n’y a pas vraiment de transports publics pour les conduire à l’école.

Elle a eu un accident il y a deux ans, non loin du cimetière catholique (mais cela ne lui aurait servi à rien, elle est bouddhiste). Elle portait un casque par sécurité. Aussi parce qu’il faisait froid, parce que cela protège de la poussière. Elle a de longs cheveux. Les garçons, avec leurs piques et leur gel, n’ont pas de casque.

Paa avait seulement la moto depuis quelques mois. Deux ans plus tard, c’est toujours elle qui conduit, son plus jeune frère se plaçant à l’arrière. Elle a toujours peur mais elle conduit parce qu’elle en a besoin.

Neenee et Nok pouffent : « Paa porte le casque pour ne pas bronzer ! »

De 2007 à 2008, le nombre total de véhicules a augmenté en moyenne de 11%. En 2008, 616 décès et 8985 blessés étaient recensés, mais ces chiffres sont des données partielles.

53% des victimes ont, comme Paa entre 15 et 25 ans.

Lorsqu’un accident arrive, deux obstacles empêchent les gens d’apporter leur aide aux victimes  de la route :

– la police va vous demander pourquoi vous aidez si vous n’êtes pas impliqué (et donc vous êtes forcément impliqué puisque vous aidez)

– les esprits pourraient vous emporter avec l’accidenté.

Cependant, les routes et les conditions de circulation s’améliorent. Ainsi, le port du casque est obligatoire depuis 2006 (l’amende en cas de non-respect est de 30000 kips)

Handicap International Belgique a travaillé sur la sécurité routière, spécialement auprès d’un jeune public. En 2008, l’ONG a développé un curriculum de cours de sécurité routière  pour quelques écoles à Vientiane. La classe de Paa a ainsi reçu  la visite d’une équipe d’Handicap International. Elle se souvient qu’ils avaient organisé un concours mais elle n’avait pas gagné.

Handicap a diffusé de spots de sécurité routière sur Hot Wave radio, bien connu des jeunes. L’ONG mène par ailleurs un programme de sensibilisation des communautés rurales vivant le long de la route 9 qui relie la Thaïlande au Vietnam en traversant la province de Savannakhet, un axe particulièrement meurtrier.

http://www.handicap.be

Paa :

( à propos de Nok) si j’ai un problème de coeur, je peux lui en parler

( à propos de Neenee) elle est patiente et affable

Nok

( à propos de Paa) Elle écoute tout le temps, est attentive à nos problèmes

( à propos de Neenee) Elle est responsable et fiable

Neenee

( à propos de Nok) Si j’ai un problème à l’école je peux lui en parler elle m’aidera

( à propos de Paa) Elle sait garder un secret

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s