La vie en stock

Article publié dans le quotidien Le Soir du 5 janvier 2012,

Exif_JPEG_PICTURE

Ouvriers devant des caisses d’ARV

C’était en 2003. Amsatou débarque à l’hopital avec la joie du ventre bientôt rond. Et puis cette consultation prénatale, et le mot « séropositif » sur la fiche du dépistage HIV.

Si Amsatou est malade pense son mari, c’est à cause de la magie jetée au village. Mais Amsatou ne se laisse pas désorientée, elle croit en l’hopital et c’est pourquoi dit-elle, aujourd’hui elle est vivante. Depuis, elle a vu ces femmes revenir des mains du sorcier ou du prophète éveillé, la guérison en tête et le corps rongé par la maladie. « Je dis aux autres prends soin de toi et prie normalement ».

Son époux volage refuse catégoriquement de faire le test. Il ne veut pas se protéger. Amsatou le repousse. Il ramène une autre femme à la maison. Il maltraite Amsatou. « Je suis rentrée chez mes parents. Ce fut un choc pour eux mais ils ont vu ma force et cela aussi leur a donné du courage. »

Entre 2003 et 2007, les médicaments sont payants, Amsatou est obligée d’exposer sa situation aux femmes de la tontine (une épargne entre particuliers). Elles ont pitié, disent qu’elle va mourir d’un moment à l’autre. Elles avancent collectivement l’achat des médicaments. Avec un petit étalage de cigarettes, de fruits et de bonbons, Amsatou rembourse 2000 Francs ( 3 euros) par semaine. Avec le premier protocole, son corps gonfle de graisse partout, elle attrape une bosse au cou. Alors elle change de traitement.

En 2007, les ARV deviennent gratuits et les bilans trimestriels sont subventionnés. C’est mieux, mais le système a des ratés. Le dernier bilan d’Amsatou a couté 25050 francs (38,5 euros). Pour faire face aux ruptures de stock, Amsatou s’est constitué une petite réserve. « Avec des rendez-vous quelques jours avant la fin de ta plaquette, tu gagnes des pilules ». Parfois, si d’autres femmes ont le même protocole et manquent de médicaments, Amsatou dépanne, mais pas de trop sinon elle va se retrouver elle-même en difficultés. Ce n’est pas de l’égoïsme, tu comprends ? Chaque comprimé glané est un stock de vie.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s